Les façons de reconnaître un bon avocat

Comment s’orienter dans le choix de son avocat de confiance : l’importance du web, la première consultation, la préparation de l’avocat et la compréhension des besoins du client
Lorsqu’il y a un problème à résoudre, il est temps de choisir un bon avocat.  »Un avocat incompétent peut faire reporter un procès pendant des mois ou des années. Un bon peut le faire suspendre pour toujours. Et pour trouver la bonne solution, nous avons besoin de quelqu’un qui peut gagner notre confiance et nous conseiller sur la meilleure voie à suivre. Mais comment reconnais-tu un bon avocat ?

C’est évidemment un choix très important, car il amorcera une collaboration qui nous permettra de répondre à nos besoins de la manière la plus efficace et dans les plus brefs délais.

Voyons donc comment reconnaître un bon avocat à partir de quelques indices décisifs:

Comment vous orientez dans le choix d’un avocat
Empathie envers le client
Les stratégies adoptées pour faire face à un problème
La gestion du client et ses engagements
Préparation juridique et technologique
Comment vous orientez dans le choix d’un avocat

La façon la plus courante de sélectionner votre avocat de confiance est de vous fier aux conseils d’amis, de parents et de connaissances qui ont déjà eu une expérience, ou de choisir un avocat qui jouit d’une certaine réputation, même simplement par la bouche à oreille.

De nos jours, cependant, il est également possible de connaître les avocats de notre région via le Web. En fait, de nombreux professionnels choisissent de promouvoir leur entreprise par le biais de publicités sur Internet ou même en créant de véritables sites Web pour leur cabinet d’avocats.

De cette façon, il est plus facile pour le client de trouver un avocat exerçant dans sa ville et de consulter, à travers les différentes sections de son site, quels sont les sujets couverts par son étude et ses spécialisations.

Empathie envers le client

De toute évidence, la première rencontre dans un cabinet d’avocat nous permettra de le connaître directement et de comprendre, peut-être même au premier impact, s’il est le bon collaborateur pour nos besoins.

En ce sens, la capacité de compréhension manifestée par le professionnel envers le client et la situation qu’il vit sera très importante.

L’empathie de l’avocat, sa capacité à s’identifier au client et à proposer une ou plusieurs solutions possibles, sont autant de facteurs qui peuvent rentabiliser la collaboration et qui démontrent sa capacité à « entrer dans la réalité » du client pour mieux évaluer tous les aspects du problème.

Les stratégies adoptées pour faire face à un problème

La première consultation avec un avocat (généralement gratuite ou soumise à un tarif prédéterminé) est l’occasion de se faire une idée de son fonctionnement.

Ici, en effet, le client peut facilement se faire une idée de la capacité de raisonnement du professionnel, de ses capacités d’analyse, de déduction logique et de raisonnement.

L’empathie de l’avocat, sa capacité à s’identifier au client et à proposer une ou plusieurs solutions possibles, sont autant de facteurs qui peuvent rentabiliser la collaboration et qui démontrent sa capacité à « entrer dans la réalité » du client pour mieux évaluer tous les aspects du problème.

Tout cela devrait facilement conduire à la planification d’un plan d’action efficace.

La gestion du client et ses engagements

La gestion de votre entreprise par l’avocat est tout aussi importante. En ce sens, le degré de disponibilité affiché pour le client peut être un excellent indicateur.

Si notre avocat nous consacre quelques minutes de réception, ou repousse continuellement notre rendez-vous, cela signifie qu’il est probablement incapable d’organiser et d’optimiser ses engagements et préfère privilégier la quantité à la qualité : mais le client ne veut pas être juste un numéro.

Évidemment, ce n’est qu’une indication générale, qui doit être vérifiée « en direct » : si l’entretien avec l’avocat ne dure que quelques minutes, il se peut aussi que pour votre expérience et votre intuition, il suffit de trouver la bonne solution comme conseil juridique gratuit  !

Préparation juridique et technologique

Dernier point, mais non le moindre, la préparation de l’avocat. Et nous ne parlons pas seulement de la connaissance des lois et des réglementations, mais aussi de la familiarité et de la familiarité avec les concepts récurrents de la vie quotidienne, du secteur financier au secteur fiscal.
Et n’oublions pas ses compétences en informatique : il n’est plus temps de snober vers les démons technologiques, car le processus télématique fait désormais partie intégrante de la profession d’avocat, et aussi les communications avec les clients, les collègues, les entreprises et les organismes publics ont souvent lieu et volontiers par voie électronique.

 

Date
Categories
Tags
Permalien
Status

Publié :22 avril 2020

Vie pratique

Bookmark the permalink

Les commentaires et les trackbacks sont fermés.